Hautes Vibrations logo

Conserver des vibrations hautes

L’expérience m’a montré que si l’on mesure en radiesthésie (pendule, antenne de Lecher…) le taux vibratoire d’une personne qui vient de terminer une séance de soins reconnectifs, celui-ci est extrêmement élevé (même chose pour le praticien). Il risque néanmoins de diminuer petit à petit, et même assez rapidement lorsque la personne ne modifie en rien ses habitudes de vie, ou si cela ne suscite en elle aucune prise de conscience.

Bien entendu, la répétition des séances va en quelque sorte « ancrer » plus profondément l’information dans le corps du consultant qui, si l’on peut dire, « reconnaît » et mémorise ces fréquences. Toutefois, le but n’est pas de passer ses journées chez le praticien mais bien de s’efforcer par soi-même de conserver un bon niveau vibratoire.

Pour cela, il faut d’abord surveiller ses pensées, qui ont une énergie et une vibration qui impactent directement nos cellules –
la recherche nous indique d’ailleurs que notre ADN réagit à ce que l’on pense et à ce que l’on ressent – Soyez bienveillant pour vos cellules en laissant la joie et la gratitude l’emporter sur la peur et le ressentiment.

Devenez aussi un « consommateur quantique » qui prend en compte la dimension « informationnelle » des aliments qu’il consomme. Que peuvent donc vous apporter des fruits et des légumes dénaturés, qui poussent dans des sols gorgés de fertilisants chimiques, ou hors-sol (sous perfusion), souvent récoltés avant d’avoir pu mûrir au soleil à leur propre rythme, transportés sur de longues distances. Qu’y a-t-il comme
« information » pour vos cellules dans la viande d’animaux en souffrance élevés en batterie, gavés, maltraités ? Celui qui mange « en pleine conscience » est probablement plus sensible à ce qui se trouve dans son assiette que celui qui dévore son repas l’œil rivé à son poste de télévision mais nous pouvons tous apprendre à choisir les aliments les meilleurs pour notre corps.

Quant à l’eau, constituant majeur de nos cellules, il faut y porter une attention toute particulière. L’eau qui sort de votre robinet, bien que potable, est le plus souvent énergétiquement morte. Que vous puissiez ou non la filtrer, il vous est possible, au minimum et à moindre coût, de dynamiser l’eau que vous buvez, en lui imprimant un mouvement tourbillonnaire de type « vortex » qui restructure l’eau au niveau moléculaire en la rapprochant des eaux vives de montagne (Blender, pas de vis Devajal…)

Ecoutez une musique qui vous fait du bien. Il existe des fréquences qui guérissent, comme celles que l’on appelle « fréquences sacrées » : bol tibétains, chants grégoriens… et d’autres qui peuvent nous être nuisibles. Le son résonne dans votre corps et peut aussi provoquer des changements au niveau moléculaire. Vous reconnaîtrez les musiques qui vous apaisent et vous régénèrent. Sachez toutefois que si vous écoutez une musique « compressée », en streaming, vous perdrez des harmoniques qui font toute la richesse du son.

Enfin, et surtout, passez plus de temps dans la nature. Des études japonaises et américaines récentes (Université de Chiba au Japon, de l’Utah et du Kansas aux USA) ont montré que les promenades en forêt améliorent le système immunitaire, en plus des effets positifs sur l’humeur et la créativité. Si vous vous sentez un peu abattu(e), inquiet(e), fatigué(é) et que cela vous est possible, l’une des meilleures choses que vous puissiez faire est d’aller vous ressourcer en pleine nature, ne serait-ce qu’une heure ou deux. Et si vous avez des enfants, emmenez-les dans les bois ; ils seront bien plus heureux et plus calmes qu’après avoir déambulé dans un centre commercial.